D’après vous, la rédaction dans un exercice ce type Brevet est-elle réellement si importante ? Et à quel point ?  

Lorsque j’ai rédigé mon article « 3 Grands Mythes qui vous font perdre votre temps en mathématiques », j’ai immédiatement réalisé que j’avais oublié un grand mythe : La rédaction d’un exercice !

Note : 4.5 sur 5.

1 – Un cauchemar pour les élèves : La rédaction !

La plupart des élèves sont conscients que pendant un examen, il ne faut surtout pas gaspiller son temps. La moindre minute perdue aurait pu servir à relire pour corriger des erreurs et gagner des points. Et je suis complètement d’accord avec ça. Mais ce n’est pas parce que le temps est précieux qu’il faut bâcler l’exercice.  

Il y a une différence entre gagner du temps et bâcler son examen.

Pour gagner du temps pendant un examen, il n’y a pas de secret, vous devez être bien préparé. Cet article serait trop long si je vous expliquais maintenant comment vous préparer au mieux à un examen. C’est pourquoi, je vous ai écrit un autre article qui décrit en détail Comment vous préparer à l’examen de mathématiques du Brevet ?

Cependant, même si vous avez l’impression de perdre du temps lorsque que vous rédiger en détaille votre raisonnement sur votre copie d’examen, vous gagnez plutôt de précieux points.

La suite de cet article va vous montrer pourquoi la rédaction d’un raisonnement est importante.

2 – La clé de la persuasion

Un article du site notuxedo décrit quatre profils de personnes qui réussissent à convaincre mais avec des modes de fonctionnement différents.

Mais il existe aussi plusieurs profils de personnes à convaincre :

  • Se convaincre soi-même
  • Convaincre un ami
  • Convaincre un sceptique

Cela étant dit, il y a quelque chose qui ne va pas.  Plus précisément, que signifie un sceptique ?  Est-ce quelqu’un qui n’a pas pris de décision et qui a besoin d’être convaincu ? Ou est-ce quelqu’un qui débat activement de votre cas ?  Un sceptique est-il la même chose qu’un cynique ?  Nous sentons bien que le terme « sceptique » devait être affiné.

Mais comment ? Pour comprendre cela nous allons utiliser le contexte d’un procès. Cette métaphore vous d’une grande utilité dans la compréhension de ce problème.

Imaginez que vous êtes poursuivi en justice et que vous devez vous défendre lors d’un procès. Vous êtes donc « l’accusé ».  Vous devez convaincre les autres de votre innocence, et certains seront plus difficiles à convaincre que d’autres.  S’il existait un graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence, vous convaincre vous-même de votre innocence serait le plus facile, donc il se positionnerait loin à gauche sur ce graphe.

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la position de l'accusé

La personne la plus facile à convaincre est ensuite votre avocat.  C’est son travail de vous faire acquitter et elle veut vraiment croire en votre innocence.  Ainsi, même si la convaincre ne sera pas aussi facile que de vous convaincre vous-même, ce sera quand même relativement facile.

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la position de l'avocat de la défense

Vient ensuite le jury.  Théoriquement, le jury présume de l’innocence et il est impartial.  Ils recherchent des preuves pour pouvoir tirer une conclusion et veulent que quelqu’un présente un argument fondé sur des preuves.  Par conséquent, ils ne sont ni faciles ni difficiles à convaincre. Ils sont neutres et vont droit au but. On les place donc au milieu du graphique :

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la position du Jury

Enfin, il y a la Partie civile. Elle est composée de la ou les victimes et de leur avocat.  Ils pensent que vous êtes coupable et vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour le prouver.  Non seulement ils ne seront pas facilement influencés par ce que vous dites, mais ils mettront activement en évidence les lacunes de votre argumentation.  En conséquence, ils vont loin du côté le plus difficile à convaincre.

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la position de la Partie civile

Dans ce contexte, qui est donc le sceptique ?  Est-ce le jury ? Ou bien la Partie civile ?  Peut-être les deux ?  Je ne pense pas que le terme « sceptique » soit suffisamment précis, et je suggère donc de remplacer « sceptique » par « indécis » et  » méfiant ». Cela nous donne les différents groupes que l’on peut voir ci-dessous.

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la position de l'indécis et du méfiant

Cela suggère donc que si vous souhaitez convaincre n’importe qui, vous avez uniquement besoin de « construire un argument viable ». Par contre, à partir du moment où vous êtes face à une personne méfiante vous allez devoir contre-attaquer et « critiquer son raisonnement ». Vous pouvez observer sur le graphe ci-dessous comment se positionnent ces deux indications. Notez qu’une personne peut passer très facilement de « indécis » à « méfiante ».  Les indécis n’ont pas d’argument à critiquer.  Cependant, une fois qu’ils ont trouvé un autre argument viable, vous devrez critiquer leur raisonnement pour les convaincre. Elles deviennent alors des « méfiants ».

Graphique mesurant la facilité ou la difficulté de convaincre les autres de votre innocence. Il indique la construction d'un argumentaire pour convaincre

3 – Relation entre Procès et Rédaction d’un exercice Brevet

Pensez à ce que cette métaphore représente dans le contexte d’une classe.  Un étudiant (la défense) résout un problème complexe et explique ensuite son raisonnement à son camarade avec qui il doit résoudre le problème (l’avocat de la défense). Son partenaire (camarade) est d’accord avec son raisonnement, et l’enseignant demande aux deux élèves de partager leurs conclusions avec le reste de la classe.  Certains élèves de la classe n’ont peut-être pas trouvé de solution au problème (le jury), et après avoir écouté le raisonnement des élèves, ils sont convaincus (indécis). Cependant, quelques autres élèves ont utilisé une méthode différente pour résoudre le problème et sont parvenus à une conclusion différente (l’accusation). Ils pensent qu’ils ont raison et feront de leur mieux pour souligner les mérites de leurs méthodes et critiquer les autres. Il se peut qu’ils finissent par changer d’avis, mais ce ne sera pas facile.

Le contexte du jury peut être utile pour aider les élèves à visualiser un public qu’ils doivent convaincre. Trop souvent, les étudiants assimilent l’explication de leur raisonnement à une simple description des étapes qu’ils ont franchies.  Les élèves ne se rendent peut-être pas compte que décrire leurs étapes n’est pas la même chose qu’expliquer leur raisonnement, mais ils se rendent compte que cela ne convaincrait pas un sceptique, un indécis, voire un ami.

Attention à la rédaction de vos exercices !

Qu’en pensez-vous ?


Si vous avez encore de nombreuses peurs de rater votre Brevet, vous pouvez toujours accéder aux différents « Packs de révision » qui vont vous permettre de vous perfectionner à l’épreuve de Mathématiques du Brevet :

Vous pouvez vous spécialiser encore plus dans chacun des domaines qui sont :

L’Algèbre

L’Arithmétique

La Maitrise des tableurs Excel

Les différentes vidéos contenues en ligne vous permettent de réviser quand vous le souhaitez à vie et partout dans le monde du moment que vous disposez d’une connexion internet.


Articles récents :